Temps de lecture : 3 min

Ma vie de citoyen confiné sur les réseaux sociaux

16 Mar 2020 | Un peu de moi | 0 commentaires

Alors que nous sommes tous chez nous, à attendre que ce mauvais rêve se finisse, que nous nous réveillions de notre sommeil collégial, soupirant d'aise que cet étrange cauchemar résultat cumulé d'une soirée par trop arrosée et d'un magnifique cassoulet s'évapore dans les effluves de nos haleines complexes, il était de mon devoir, hier, non pas d'écrire mon article hebdomadaire pour profiter de l'aubaine d'un lectorat démultiplié mais de lancer mes petites cellules grises dans une course aux posts flash sur mes réseaux sociaux afin de tenter la diminution de leur pourcentage d'anxiogénéité tout en battant mon record de la phrase la plus longue du blog. Ouf ! C'est moins l'inspi qui me manquait que l'envie de plonger les mains hydroalcoolisées dans l'actualité électoro-virussée.

Et puis, je me suis dit que cela pourrait être une bonne chose de partager avec vous mes délires, vous qui ne me lisez qu'en ces lieux. Une dernière chose avant de vous laisser sourire ou facepalmer, Je vous promets de me foutre un bon gros coup de pied aux fesses pour vous pondre rapidement de "vrais" articles digne de la ligne éditoriale de ce blog. Allez hop, c'est parti !


Les hydroalcooliques, ce sont bien ceux qui se bourrent la gueule à l'eau de vie pour oublier que la mort se frotte les mains de ce putain de virus ?


J'ai du PQ et de l'hydro,
darladirladada !
On va s'en frotter jusque là,
darladirladada...


Les stockeurs de l'extrême sont tellement cons qu'ils vont bouffer du PQ et s'essuyer aux spaghettis. C'est pas une vie le con-pas très-finement.


Déjà que je ne regardais pas Stade 2, alors Stade 3... Moi, le sport, vous savez...


Ce matin, n'écoutant que mon courage, j'ai revêtu ma cape de Supercitoyen et mon masque anti-virus pour me battre contre une horde de retraités malfaisants afin de bourrer massivement l'urne de mes convictions radioactives.

Bon, je viens de me rendre compte que ce n'est pas ma cape mais le rideau de l'isoloir. Je crois que j'ai un peu trop bu, hier soir, au dernier bar avant la fin du monde.


Bonjour, je m'appelle David 19 et je suis un virus sélectif, je ne m'attaque qu'aux bon gros cons, qu'aux connards hors norme, qu'aux abrutis de compète, qu'aux ultra ramollis du bulbe, qu'aux ordures irrécupérables (David ordure, t'as pigé le jeu de mot, Ok boomer ?), quelque soit leur genre, leur race, leur sexualité, leur religion et leurs opinions politiques. Qui aimerait que je me propage sur toute la planète ?


Le plus dommage dans cette affaire, c'est qu'on ne peut plus dire "J'arrive à pied de la Chine".


Puisque nous sommes dans les contrepèteries, saviez-vous que l’Église recherchait les votes des croyants ?


Amis vegans, imaginez un monde en confinement où seules les boucheries resteraient ouvertes.

Mais pourquoi est-il si méchant ? 😉


Confinement : Tousse à l'abri.

Possible définition de l'Impossible Dictionnaire


Avec la pénurie de pâtes annoncée, privilégions la double penne.


Tu ne tousses plus ? Pas de bile, les tabacs restent ouverts.


L'incivilité peut être belle mais ne prévaut que dans le respect de la vie.


Sortez couvert, c'était pour le sida. Pour le covid-19, restez couvert.


Une pensée pour les grippés qui flippent.


Ceux qui restent chez eux sont des confinés.

Ceux qui sont dehors sans réelle raison sont des cons finis.


Le virus est une goutte d'eau, nous en sommes le mouvement. Braver les interdits du confinement transforme l'eau calme en tsunami.

J’ai du réseau !

Notification sans mail

Vous pouvez aussi vous abonner sans adresse mail en cliquant sur la cloche en bas à droite de l’écran.

Pour toujours recevoir votre petite dose de BID hebdomadaire, abonnez-vous à la bidletter !

[mailpoet_form id= »1″]