Menu

Brèves insolites N°1

8 Jan 2019 | Les miscellanées | 0 commentaires

Lors de mes recherches pour le blog, je tombe régulièrement sur des infos étonnantes que j’aimerais partager avec vous mais qui n’entrent dans aucune case du blog. Pour cela, je lance cette nouvelle série de news insolites en bref.

Cercueils en habit de lumière

Dans l’article Pas de cendres pour Cendrillon, j’abordais le sujet de la mort et des dernières volontés en relation avec les parcs d’attractions. Cette fois, j’enfonce le clou avec la palme du mauvais goût que je décerne à la Glitter Coffin Company, une société anglaise qui propose des cercueils et des urnes funéraires ornés de paillettes parce que, selon eux, c’est « un merveilleux moyen de refléter et célébrer la vie d’une personne » qui aimait le strass de son vivant. Si vous voulez avoir un aperçu du catalogue, je vous propose de vous rendre sur l’Instagram de la boîte (jeu de mot).

Source : www.ulyces.co

Goldorak en Rond-Point

En fin d’année, un rond-point de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, s’est vu orné d’une statue géante de Goldorak. 7 mètres de haut, 2 tonnes d’acier, 1 mois de travail, 14 heures par jour, 7 jours sur 7. C’est à Didier Berujon, co-gérant de Fer ou Refer, une entreprise spécialisée dans la chaudronnerie et la ferronnerie, qu’on doit cette étonnante idée. « En août dernier, j’ai acheté dans une brocante un vieux jouet de Goldorak. Je me suis dit que ça serait drôle de le reproduire en grand. » Joli coup de pub malheureusement éphémère puisque le robot géant n’est autorisé à rester que deux mois sur le rond-point du Chambon.

Source : France3 Auvergne Rhone-Alpes – Photo : Le Parisien

Le spoil assassin

Je me souviens quand j’étais jado d’un gars qui n’arrêtait pas de me raconter la scène d’après quand on allait voir un film au cinéma. Je l’aurais tué. Des mots en l’air, qu’on dit comme ça, mais qui ne se réaliseront jamais, juste pour expulser la colère.

Enfin, pas toujours. J’en veux comme exemple Sergey Savitsky qui a poignardé Oleg Beloguzov parce qu’il en avait marre qu’il lui raconte la fin des livres. Tout cela se passe dans une base russe de l’Antarctique avec, je suppose, une bibliothèque limitée ce qui fait que tous ceux qui s’y trouvent lisent les mêmes ouvrages. L’état de santé de la victime serait stabilisée. Quant au poignardeur, il a été arrêté. Espérons que la bibliothèque de la prison sera plus fournie.

Source : Actua Litté

 

 

Aidez le blog grâce au
Utip de Mission Japon

Abonnez-vous à l’impossible newsletter

Pour ne rater aucun article, abonnez-vous à la newsletter !