Menu

D’où viennent mes drôles d’idées d’articles ? – Exemple par les chips

9 Mar 2019 | Les gourmandises, Un peu de moi | 0 commentaires

Lors d’un live de la chaîne Youtube Mission Japon que je fais vivre avec mon fils, Sylvain, il m’a été posé une question que j’avais envie de développer avec vous ici : d’où me viennent les idées des sujets que je traite dans le blog ?

Je vais prendre un exemple fictif qui me permettra de développer un article que je n’aurais pas pu écrire parce qu’il aurait été famélique, malgré son sujet, pas de quoi faire un article complet en tout cas. Je me suis posé une question con. Et Dieu sait que ça m’arrive souvent. Et ma femme de me dire : « Mais t’as quel âge ? Deux ans pour te poser des questions aussi bêtes ? » Bon, en vrai, elle a dit « aussi cons ». Mais comme ma femme est une princesse, même le lendemain de la journée internationale des droits des femmes, je filtre sa masculinité verbale.

Mon drame, c’est que l’intérieur ne correspond pas à l’extérieur. Et je ne parle plus de ma femme mais de moi. Je pense que nous avons tous ce sentiment, nous les enfants de l’ordi, des jeux vidéos, du virtuel et des bandes dessinées, quand la vie avance ; on se sent toujours jeune quelque part dans notre tête, inconscient ou subconscient, quelque soit notre âge élevé. Enfant ou adolescent, ça dépend des fois. Mais la société nous impose de penser comme nous paraissons. Je m’égare, Saint Lazare. Que celui qui répond « poil au dard ! » soit mon frère à jamais. Oui, ma femme a raison, je suis con des fois. Pas facile de sortir de l’âge bête quand on est un mec. J’écris, j’écris et je m’éloigne du sujet de l’article. Toujours j’y reviens mais après un certain nombre de circonvolutions mentales et de détours précieux pour qui a la curiosité d’un enfant en osmose avec l’âme de la même eau.

Mais peut-être souhaitez-vous connaître ma question con ? À laquelle, je n’ai pas trouvé de réponse, d’ailleurs : « Combien de volume prendrait mon poids en paquets de chips ? » Elle est pas choucarde, la question ? J’ai essayé de joindre Chiptelle et Fritelle, les jumelles de l’apéritif, sans succès. Je reviens donc aux bases, aux fondamentaux. Google est mon ami. Wikipédia son fidèle destrier. Je me sens comme un Don Quichotte dans le corps de Sancho Panza. Je tape ma question. Même si je ne trouve pas ma réponse, je tombe sur d’autres illuminés du bulbe qui, eux aussi, se sont posés le même type de questions sur les chips et dont la réponse n’a qu’un faible intérêt intellectuel comme :

Combien de pommes de terres constituent un paquet de chips de taille moyenne ?
Réponse : il faut quatre kilos de pommes de terre pour faire un kilo de chips. Un paquet moyen, c’est environ 10/12 pommes de terre.

Combien y-a-t-il de chips dans un paquet de chips ?
Réponse sous forme de graphique issu d’une étude faite par le site www.thrillist.com

Et puis il y a l’article, celui qu’on n’attend pas, celui qui te fait croire à une entité supérieure dont la pitié t’a guidée sur le vrai chemin menant ton immaturité à se muscler le mollet tant l’envie de courir sur son tapis d’herbe tendre est forte pour atteindre l’horizon d’une conscience refoulée. L’avenir est sombre, lugubre, apocalyptique. Tu l’habilles de posters joyeux, colorés, futiles. Le pan d’une des affiches vient de propulser la punaise rose, aidé par le vent terrible qui s’engouffre en toi. C’est bien aussi, parfois, de se rendre compte de la réalité du monde, de ne plus jouer l’autruche 2.0. Quelle est la part d’air dans un paquet de chips ? C’est ça, la vraie question. Henry Hargreaves, un artiste écolo néo-zélandais, s’est « amusé » à produire une expérience que je vous propose de retrouver ci-dessous. Même si la vidéo est en anglais, vous allez facilement comprendre de quoi il s’agit.

L’écologie, ce n’est pas que des dépenses exorbitantes ou des augmentations de prix sur les carburants fossiles. Juste un peu de bon sens. L’expérience ci-dessus prouve qu’un paquet de chips comporte entre 66% et 86% d’air, d’azote en vérité parce que ça permet de conserver le croustillant. En mettant les chips sous vide, on pourrait économiser autant en transport. Dont acte.

C’est ça, l’écriture d’un article. On part avec une envie d’informations, aussi saugrenue soit-elle, et son développement vous emmène dans des confins inattendus. Il est important de se laisser porter et de ne pas s’accrocher à son idée de départ comme une moule à son rocher, même si, l’idée de départ, semble incongrue. Sachez-le, il n’y pas de questions cons, il n’y a que des réponses intelligentes.

Source : answers.yahoo.com, www.laboiteverte.fr, vivredemain.fr

Aidez le blog grâce au
Utip de Mission Japon

Pour ne rater aucun article, abonnez-vous à la newsletter !