Temps de lecture : 5 min

Ces drôles de ronds-points

10 Août 2019 | Les miscellanées | 0 commentaires

Les ronds-points et la France, c’est une grande histoire d’amour. Ils poussent plus vite que des cèpes après une averse d’automne. À telle enseigne qu’ils furent dès décembre de l’année dernière, les points de ralliements officiels des gilets jaunes. Le conducteur roublard, voulant passer entre les mailles du filet, se rendit compte qu’il était par certains endroits quasiment impossible de quitter une ville sans passer par ces éléments ronds de voiries. Après une petite partie histoire, je vous invite à découvrir quelques uns des ronds-points les plus étonnants, l’occasion peut-être de détourner de quelques kilomètres vos circuits de vacances pour aller à leur rencontre.

Made in France

Côté vocabulaire, le nom de rond-point apparait au XVIIe siècle. Pas sur les routes mais dans les jardins où il est utilisé pour désigner le point de rencontre de plusieurs allées rayonnantes. Quelques décennies  plus tard, on retrouve le même terme pour nommer les places rurales ou périurbaines servant de carrefour routier. Au XIXe siècle, la circulation pas encore motorisée devient tout de même importante, surtout sur la capitale. Il faut dire qu’à la différence de nos « petites » voitures citadines, les véhicules à chevaux sont longs, très longs même. Et le virage à angle droit leur est parfois très compliqué. C’est en partie pour cette raison que furent créés les premiers ronds-points internes aux villes. Au début du XXe siècle, la bonne idée prend du plomb dans l’aile à cause de l’argent. Vous avez compris ? Plomb, argent, humour de métalleux. Bref. le coût important des ronds-points qui fut un des leitmotivs de l’émission « Combien ça coûte » de Jean-Pierre Pernaut, met en sommeil leur construction jusqu’au début des années 70. On les appellent alors les ronds-points anglais à cause de la priorité à gauche. Selon les chiffres de la sécurité routière, le risque d’accident aurait été diminué d’environ 40% grâce aux carrefours giratoires.

Je ne rentrerai pas dans la polémique du coût, du surcoût, des éventuels pots-de-vins, etc. Sachez toutefois qu’il se construit 500 nouveaux ronds-points par an en France. Ce qui fait que notre pays en dénombre 6 fois plus qu’en Allemagne, 10 fois plus qu’aux États Unis. On estime que les 65 000 ronds-points du territoire français correspondent à plus de la moitié de ceux qu’on retrouve sur la planète. Mais bon, une fois qu’on a construit un rond-point, on se dit que ça serait peut-être pas mal d’y ajouter une petite touche personnelle. Et parfois, elle est étrange, chelou, semblant hors de propos, cette petite touche. Je vais vous faire découvrir quelques uns de ces rond-poins en n’omettant pas de vous expliquer les raisons de ces choix étonnants. Et si les statues non conventionnelles vous intéressent, je vous convie à également lire cet autre article du blog.

Rond-point de Thiers (Puy-de-Dôme)


On commence par mon préféré. Je vous en avait déjà parlé lors des brèves insolites. Imaginez, un Goldorak en acier de 7 mètres de haut. Et pas au japon, en France. C’est dingue, non ? Par contre, il va falloir vous dépêcher pour le selfier parce qu’aux dernières nouvelles, il sera démonté à la fin du mois.

Le 22 décembre 2018, l’entreprise Fer exposait une statue géante du Mecha de Gō Nagai sur le rond-point du Chambon à l’entrée de la ville deThiers. Elle devait rester deux mois, mais face à l’intérêt suscité, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme par deux reprises a permis qu’elle continue son rôle de vigie immobile. On croise les doigts pour que sa présence continue d’émerveiller les fans de manga, et les autres, encore longtemps.

Rond-point de Ypres (Belgique)

Oh, j’ai cru voir un robinet ! Je connais Ypres pour son parc d’attractions que j’ai beaucoup côtoyé étant jeune, Bellewaerde. Sur la route menant au parc, aux abords de la ville, on ne peut qu’être émerveillé par cet énorme robinet bleu des plus magiques qui semble tenir seul dans les airs.

Si vous n’avez pas prévu d’aller en Belgique dans les prochaine semaines, je vous invite à le découvrir sous tous ses angles via Google maps : 50.842442, 2.900406

Rond-point de Pontarlier (Doubs)

En 2018, le site contribuables.org organisait un vote pour élire le pire rond-point de France. Et le grand gagnant est la statue « Masque André Malraux » situé à Pontarlier. Il a obtenu le tiers des votes, tout de même. Jugez par vous même.

Rond-point de Chabeuil (Drôme)

Je vais vous raconter une petite histoire. Il était une fois des passionnés chabeuillois de l’œuvre de Hergé qui décidèrent de se cotiser pour construire la fusée rouge et blanche rendue célèbre par l’album de Tintin On a marché sur la lune. Ils l’installèrent sur un des ronds-points de la ville. Fiers, ils étaient. Et ils pouvaient. C’était en 2003/2004. Puis arriva le méchant de l’histoire. Il faut toujours un méchant pour que l’intérêt renaisse d’une lourde torpeur ou d’un morne quotidien. En 2008, une missive de Moulinsart SA instaura un climat velléitaire. Que faire quand les ayants droit à la houppe imposent la destruction de la fusée ? Ruser, bien sûr. La fusée est un hommage, pas une reproduction fidèle. Preuve en est cette rangée de damiers supplémentaires. L’argument fit mouche et plus jamais on n’entendit parler du sieur Nick Rodwell. Un vrai nom de méchant, vous ne trouvez pas ?

Aux dernières nouvelles, l’association tintinophile « 26, rue du Labrador » aurait besoin de 8000 euros pour rénover la fusée et lui refaire une petite beauté. A votre bon cœur, messieurs-dames !

Rond-point de Colmar (Alsace)

Parfois, le thème de l’ornement géant d’un rond-point et piqué d’un évidence : spécialité locale, hommage, don d’une industrie du cru, etc. En d’autres occasions, il est légitime de se poser la question du pourquoi. Pourquoi une réplique de la statue de la Liberté de New-York se retrouve-t-elle sur un rond-point de l’entrée nord de Colmar ?

Elle s’est installée là en 2004, année de la commémoration du centenaire de la mort du sculpteur Auguste Bartholdi à qui on doit la fameuse statue conçue en collaboration avec Gustave Eiffel dont le nom exact est « Liberté éclairant le monde ». Ah oui, petite précision qui a son importance, Bartholdi est originaire de Colmar.

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à me le dire en commentaires et, pourquoi pas, je continuerai la série.

Sources : Wikipédia, www.challenges.fr, www.lamontagne.fr, www.lefigaro.fr, jwww.ledauphine.com, www.colmar.fr

Abonnez-vous à l’impossible newsletter

Notifications sans adresse mail

Vous pouvez aussi vous abonner sans adresse mail en cliquant sur la cloche en bas à droite de l’écran.

Pour toujours recevoir votre petite dose de BID hebdomadaire, abonnez-vous à la bidletter !