Temps de lecture : 4 min

De nouveaux mots au dictionnaire 2020

26 Mai 2019 | L'Impossible Dictionnaire | 0 commentaires

Les nouveaux mots qui entrent dans le dictionnaire, c'est devenu l'inévitable marronnier du mois avec les manifestations du 1er mai et le retour des beaux jours. Gros coup de pub de Larousse qui sort son petit lui-même huit mois avant l'année trônant en couverture du pavé. Pas facile de vendre du papier à mots avec la concurrence gratuite du net. D'ailleurs, est-ce que "marronnier" s'y trouve ? Je cherche. Ah oui ! "Petit article de journal sur un événement qui se reproduit à date fixe".

Pour vous marrer, il y a L'Impossible Dictionnaire avec ses plus de 1200 mots et définitions loufoques ou poétiques. Ça fait un petit moment qu'il n'y en a pas eu de nouveaux mais, promis, je m'y remets vite. Mais si vous voulez vous cultiver, il y a des petits et des grands dico, avant l'encyclopédie.

"Un dictionnaire, c'est comme une bicyclette: s'il n'avance pas, il tombe" disait Che Guevara ou Lance Arnstrong, je ne sais plus. Bon, lui, il parlait de la révolution mais ça marche aussi avec le dico. Il disait aussi "Il faut charger le dico pour doper l'intérêt des écoliers". Enfin, je crois. Bref, un dictionnaire est une matière en perpétuel mouvement s'adaptant à la société et à ses langages. Les adultes utilisent des mots. Pour les faire chier et coder leur conversations, les ados en inventent de nouveaux qui vivent leur vie et se retrouvent quelques années plus tard entre deux "vieux" mots du dico. Ce n'est pas la seule source de nouveaux mots mais elle me plait bien cette roue lexicale. Les modes, les tendances, les événements forts, les nouvelles pratiques, les nouveaux métiers, tout est sujet à inventer des nouvelles façons de marquer les esprits. Je me demande même si certaines des entrées de l'année ne sont pas avant tout issus du marketing des marques et des journalistes.

"Un mot nouveau, c’est un mot dont on pense qu’il va vivre, qui n’est pas un effet de mode, qui est dans l’usage oral et écrit", explique le linguiste Bernard Cerquiglini. Cette année n'échappe pas à la règle avec ses 150 nouvelles entrées du côté Petit Larousse illustré. On communique sur les nouveaux entrants mais qu'en est-il des vieux, des désuets, des surannés, des caducs ? Le cycle de la vie, tout ça. Carine Girac-Marinier, qui dirige le département des dictionnaires et encyclopédies chez Larousse, nous apprend que les sorties sont rares. "90 % des mots qui étaient dans le dictionnaire de 1871 sont toujours dans le dictionnaire". La version 2020 du Petit Larousse compte environ 63 000 mots. Quand on sait que même si la plupart des Français utilisent entre 3000 et 5 000 mots, dans la vie courante, nous utilisons entre 300 et 500 mots... En 1871, le Larousse de l'époque en comportait 35 000. Par exemple, selon le lexicographe Jean Pruvost, on emploie de nos jours au minimum 150 mots qu'utilisaient nos ancêtres les gaulois. Chêne, cailloux, galets, alouette, cervoise, mouton, loche, boue, glaise…

Dans l'esprit de nos listes, je vous propose de découvrir 23 des petits nouveaux.

Adulescence (n. f.) : phénomène générationnel où de jeunes adultes continuent d’avoir un comportement d’adolescent.
Antispécisme (n. f.) : qui refuse la hiérarchie entre les espèces animales.
Bigorexie (n. f.) : addiction au sport.
Bioplastique (n. m.) : plastique biodégradable.
Bore-out (n. m.) : syndrome d’épuisement professionnel dû à l’ennui provoqué par le manque de travail.
Cyberdjihadisme (n. m.) : usage d'internet pour la promotion ou l'application du djihad.
Dagobert (n. m.) : sandwich en Belgique.
Darknet (n. m.) : ensemble des réseaux permettant de partager de manière anonyme des données cryptées inaccessibles aux moteurs de recherche traditionnels.
Dédiésélisation (n. f.) : ensemble des actions visant à réduire la proportion de véhicules à moteur diesel.
Deep learning (n. m.) : technologie basée sur des réseaux de neurones artificiels.
Divulgâcher (v.) : révéler un élément clé de l’intrigue d’une œuvre de fiction (mot québecois).
Emportiérage (n. m.) : percuter un cycliste en ouvrant sans précaution une portière.
Fachosphère (n. f.) : ensemble des groupements politiques fascistes et d'extrême droite.
Gonfle (adj.) : adjectif provençal pour « rassasié ».
Klouker (v.) : verbe venu de Bretagne pour « se goinfrer.
Licorne (n. f.) :start-up dont la valorisation dépasse le milliard de dollars.
Locavorisme (n. m.) : consommation de fruits et légumes de saison pour favoriser le développement durable.
Slasheur (n. m.) : personne qui exerce plusieurs emplois en même temps.
Sorteur (n. m.) : personne qui aime faire la fête (mot belge).
Survivalisme (n. m.) : mode de vie adopté par les personnes se préparant à une catastrophe naturelle).
Taxieur (n. m.) : chauffeur de taxi. Vient d’Algérie.
Ubériser (v.) : rendre obsolète un modèle économique existant.
Zone morte (exp.) : zone souffrant d’un appauvrissement en oxygène entraînant l’asphyxie de la faune marine.

Sources : Larousse, Le Monde, La Dépêche, BFMTV, www.arretetonchar.fr, sefairepublier.wordpress.com.

Abonnez-vous à l’impossible newsletter

Notifications sans adresse mail

Vous pouvez aussi vous abonner sans adresse mail en cliquant sur la cloche en bas à droite de l’écran.

Pour toujours recevoir votre petite dose de BID hebdomadaire, abonnez-vous à la bidletter !