Temps de lecture : 7 min

10 faux-amis spécial couleurs

11 Juil 2020 | L'Impossible Dictionnaire | 0 commentaires

Aujourd'hui, pour cette onzième partie de la série consacrée aux faux-amis franco-anglais, j'ai décidé de vous en faire voir de toutes les couleurs, et pas uniquement celles de l'Union Jack ou du pavillon tricolore. À la différence des articles précédents, nous allons aller au-delà du constat et des éventuels quiproquos linguistiques pour s'attarder sur quelques explications dans l'esprit du BID.

Un petit verre de vin pour commencer ?

Vous connaissez la couleur bordeaux, ce rouge sombre virant légèrement sur le violet qui rappelle la robe d'un bon vin, d'où son nom ? Il vous semblera comme acquis que ce nom de couleur est d'origine française. Méfiez-vous des évidences, nous sommes au pays des faux-amis !

Au dix-neuvième siècle, l’essor de la chimie des colorants élargit considérablement la palette des couleurs connues jusqu'alors. Et les cadors en la matière - en la couleur devrais-je dire - sont les teinturiers britanniques qui lancent entre 1890 et 1900, la décade mauve selon l'essayiste américain Thomas Beer, toute une série de nouvelles couleurs pour lesquelles il faut trouver des noms évocateurs et, surtout, portant en leur sein un exotisme vendeur, du marketing avant l'heure. Il fut question de bordeaux et de burgundy. Je n'ai pas réussi à savoir s'il s'agissait des appellations du même colorant ou pas. Ce qu'on sait, en revanche, c'est que le bordeaux est breveté en 1878 par la maison Meister, Lucius et Brüning alors que la première fois qu'on entend parler du burgundy, c'est trois ans plus tard, en 1881.

Je manque à tous mes devoirs, je ne vous ai pas donné deux informations importantes vous permettant de comprendre pourquoi je vous parle de ces deux couleurs. La couleur bordeaux, en français, se traduit par burgundy en anglais. Et de un ! Quant à cette traduction, elle correspond en tout point au nom d'une région française, bien connue pour sa production vinicole de haut vol, la Bourgogne. Y a du faux-amis dans l'air !

D'autant qu'un des synonymes de burgundy, en anglais, est maroon alors que la couleur marron se traduit par brown. Et on peut vite glisser de quelques tons même si la précision dans les couleurs n'existe pas vraiment puisque nous ne les percevons pas tous de la même manière.

Petite info prouvant bien que le Québec est le chaînon manquant entre la France et les États-Unis, chez nos cousins d'outre-Atlantique, on ne parle pas de couleur bordeaux mais de couleur bourgogne, dis donc. Et c'est là que me vient l'idée de vous proposer un ou plusieurs articles sur les faux-amis franco-québécois. Je suis sûr qu'il y a de quoi faire et de quoi bien se marrer.

Couleur suivante !

Pour ne pas vous blaser, nous parlerons blason !

Ce n'est pas vraiment un faux-ami, vert en anglais signifie vert en français. Y serait pas devenu un peu con le proprio du BID ? C'est en nuançant la traduction, que sa présence ici prendra tout son sens. C'est qu'en fait, il est question de vert héraldique. Parce que, je ne vous apprends rien, en anglais, vert se traduit par green. Alors que je suis sûr, peu d'anglais connaissent le mot vert dans leur langue. Vous, par exemple, est-ce que vous savez ce que signifie sinople ? Non, hein ! Bien, c'en est, en fait, la traduction exacte. C'est le vert d'un blason, d'une armoirie, d'un logo du moyen-âge si vous voulez.

Rien à voir mais vous connaissez la chanson de Georges Brassens intitulée Le Blason ? Extrait.

C'est la grande pitié de la langue française
C'est son talon d'Achille et c'est son déshonneur
De n'offrir que des mots entachés de bassesse
À cette incomparable instrument de bonheur.

Mais de quoi parle donc Brassens ? Qu'est-ce donc pour lui que ce blason ? Donnons notre langue (française ou anglaise) à la chatte et revenons à nos sheep.

Il arrive parfois dans une même langue qu'un mot change complètement de sens et devienne son propre faux-amis. Je ne sais pas si cela porte un nom. Quand un même nom peut également être interprété par son opposé, on parle d'énantiosème. Quand un patron vous accueille dans son bureau pour vous remercier, allez savoir s'il est content de votre travail en vous le faisant savoir, ou si au contraire il est furax et vous annonce votre licenciement. Énantiosème.

Sinople est un nom de couleur qui, comme pour le cas précédent, provient d'une ville, Sinop, port "très connu" de la Paphlagonie. Mais si, la Panphlagonie ! Vous voyez la Bithynie ? Ben, juste après. Bon, oui, disons quelque part en Turquie, de nos jours. Eh bien, à l'époque de la Grèce antique, Sinop était réputée pour sa terre couleur rouge. Et d'ailleurs, jusqu'au quatorzième siècle, sinople signifie rouge. Et pour je ne sais quelle raison, le nom de la couleur héraldique passa du rouge au vert. C'est la Benjamin Button des couleurs. Mais alors, me direz-vous, comment qu'on susnomme le rouge en héraldique, bordel ! Et je répondrais "Vos gueules !" Et là, vous vous direz "Mais pour qui il se prend ce sacripant, ce gredin, ce chenapan !" Et je sortirais mon carton rouge - ou vert, je ne sais plus - toujours en poche lors de l'écriture de mes articles de la série faux-amis, carton que j'expose en cas de quiproquo. Parce que le gueules, c'est un émail héraldique de couleur rouge.

Entre le rouge de ma honte et celui de votre colère que je sens toujours présente, je vous invite à passer à la couleur suivante, même si...

Le meilleur faux-ami de l'homme

Tout le monde le sait, il n'y a pas de chien dans le hot-dog. En parlant de ça, vous avez déjà fait un tour du monde du hot-dog (, et ) ?

Puisqu'il est question de couleurs, abordons l'absence de couleur. En anglais, blindcolor (blind pour aveugle et color, ben oui, pour couleur) ne signifie pas "noir et blanc" mais daltonien. C'est amusant de voir comment l’inconscient collectif définit les contours d'un mot. Chez nous, on imagine qu'un daltonien confond le rouge et le vert - mais alors, si ça se trouve, poir sinople... - alors que du côté de l'Albion cette anomalie de la vision abolie les couleurs. Plus intéressant encore, blindcolor peut également s'utiliser pour qualifier une personne qui n'est pas influencée par les préjugés raciaux. Et, ça, c'est beau.

Quant à la référence au "meilleur faux-amis de l'homme", c'est de ma faute, j'ai confondu daltonien avec dalmatien, vous savez, ces chiens blindcolor, en noir et blanc.

Souvenons-nous longtemps de ce jour béni et rempli d'allégresse

En français, on dit que ce jour est à marquer d’une pierre blanche. L'origine la plus probable de cette expression viendrait d'une pratique sous l'empire permettant de sélectionner les appelés au service militaire. En plongeant la main dans un sac de pierres, le jeune homme qui n'avait pas choisi le volontariat pour rejoindre le front, remettait ses prochaines années et sa vie entre les mains du hasard. S'il sortait une pierre noire, il était enrôlé et devenait soldat. Si la pierre était blanche, il était exempté du service militaire. Une autre origine possible, plus ancienne, fait référence aux membres des jury dans l'antiquité qui dévoilaient leur verdict à l'aide d'une pierre déposée devant eux, noire pour coupable et blanche pour innocent.

Côté anglais, il est question d'un red-letter day, soit en traduction littérale, un jour à marquer d'une lettre rouge. Même jour de fête, comme dirait Tati, mais pas même couleur. On parle également de scarlet day, jour écarlate, dans le monde universitaire. Dans l'antiquité, les jours importants étaient indiqués en rouge. D'ailleurs, de nos jours, en Norvège, en Suède, à Hong Kong et en Corée du Sud, les jours fériés sont parfois appelé "jour rouge" car ce dernier est imprimé en rouge dans les calendriers.

Donc, ne parlez jamais de "white stone" à un anglophone où se jour sera à marquer d'une pierre noire, celui où vous aurez été pris pour un hurluberlu. J'avais envie de placer ce mot.

Allô, monsieur le banquier ?

Un jour qui peut être marqué également d'une pierre noire, c'est celui où votre banquier fumasse vous appelle pour vous prévenir que votre compte est dans le rouge. Si vous êtes anglais, il utilisera la même expression, to be in the red. Par contre, jamais il ne vous appellera pour vous féliciter d'être dans le vert. Ça le rendrait tellement plus sympathique. Son homologue anglophone, lui utilisera une autre couleur, to be in the black. Faux ou pas, une chose est sûre, le banquier ne sera jamais ton ami, enfin ça dépendra du nombre de zéros.

Shoking !

Vous voyez, là par exemple, si je gagnais ma vie planté derrière le guichet d'une quelconque banque de province et que mon patron tombe sur cet article, il me virerait sans indemnités. Je devrais partir sur le champ sous les quolibets de mes collègues, le rouge aux joues et le slip rose, à l'anglaise. Une expression américaine signifiant "virer quelqu'un" le dit très bien, "to give someone the pink slip", le "pink slip" en question étant le nom donné aux États-Unis à la lettre de licenciement, "slip" pour bordereau et "pink" pour la couleur rose du document.

Et je noierais ma peine dans des verres à fort degré qui me feront voir des éléphants de la même eau. Comme un anglais qui "see pink elephants". parce que cela a beau être une chienne de vie, hipss, il n'y a pas que des faux-amis. Garçon, la petite sœur !

J'en expédie trois à l'ancienne pour que l'article ne soit trop long

ASSORTED : varié (exemple : a box of assorted socks / des chaussettes de couleurs variées
Assorti : matching

CRAYON : crayon de couleur
Crayon (de bois) : pencil

FLAMBOYANT : haut en couleur
Flamboyant : blazing

Et pis d'abord, c'est mon humour, hipss !

Vous êtes arrivé par hasard sur cette page, sans connaître le blog ni son proprio. J'ai vu qu'à plusieurs reprises vous avez levé les yeux au ciel. Aux moments où j'essayais de glisser une petite blague, où je tentais un trait d'humour. J'imagine que selon vous, j'ai un humour de mauvais goût. En anglais, il y a une expression pour ça, off-color humor. Cela me fournit une tellement une bonne conclusion que je vous remercie d'être passé par là. Allez, je vous laisse j'ai un verre qui m'attend. Quand vous voulez, hein ! Hipss !

J’ai du réseau !

L’impossible newsletter

Notification sans mail

Vous pouvez aussi vous abonner sans adresse mail en cliquant sur la cloche en bas à droite de l’écran.

Pour toujours recevoir votre petite dose de BID hebdomadaire, abonnez-vous à la bidletter !