Menu

14 infos étonnantes et pratiques sur l’avocat

19 Jan 2019 | Les gourmandises | 0 commentaires

On dit qu’un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru. C’est sur cette sublime pensée de Pierre Dac que je souhaitais démarrer l’article. J’aime bien. Si vous aimez les citations, les aphorismes, les pensées rigolotes, je vous propose un petit détour par Les Almateurismes avant de poursuivre votre lecture.

Jusqu’à présent, la rubrique Les gourmandises se déployait autour du thème de la junk food : Le Japadog, Variations sur le hot-dog, Le meilleur burger que j’ai jamais mangé, etc. Sans forcément tomber dans le healthy à tout prix, j’avais envie de pousser un peu les murs pour aborder d’autres rives de la bouffe, de la cuisine, de la gastronomie, appelez ça comme vous voulez. Aujourd’hui, on va parler avocat. Et je vous promets que, non seulement, vous allez apprendre plein d’infos intéressantes, mais qu’en plus,grâce à certaines d’entre elles, on va se marrer.

1 – L’avocat est un fruit, comme la tomate, si si !

Oui oui, la tomate aussi. Étonnant, non ? Si on veut rester dans l’étonnante, il faut savoir que l’avocat grossit sur l’arbre, où il peut rester plusieurs mois, mais il ne mûrit qu’une fois cueilli. C’est ce qu’on appelle un fruit climactérique. Un avocat dur sur les étals est donc un signe de fraîcheur et non d’une cueillette anticipée. Petite astuce, son mûrissement peut être accéléré en l’entourant d’une couronne d’autres fruits, comme les bananes qui produisent naturellement de l’éthylène.

2 – Donc, c’est un dessert !

Eh oui ! D’ailleurs, les Malgaches et les Brésiliens utilisent le plus souvent l’avocat en dessert, saupoudré de sucre.

Pour vous en convaincre, je vous propose de tester quelques unes des recettes de dessert suivantes, toutes à base d’avocat :

Cheesecake avocat et citron vert
Glace avocat miel (en anglais)
Petits pots au chocolat, avocat, grenade et pistaches
Gâteau à l’avocat et aux graines de pavot

3 – Le nom de l’avocat (vous n’êtes pas prêt !)

Son nom provient de sa forme de… couille. En effet, son nom espagnol, aguacate, vient du mot ahuacatl en nahuatl, une ancienne langue uto-aztèques, qui signifie « testicule ». Je ne sais pas pourquoi, ce genre d’information vient à moi avec une facilité déconcertante. In fine, si votre avocat sent la crevette, une bonne douche s’impose.

4 – Sur la première marche du podium

Le Mexique est tout à la fois le premier producteur au monde d’avocats (30 % de la production mondiale), premier exportateur mais aussi premier consommateur d’avocats de la planète.

5 – C’est important la taille !

En France nous ne mangeons globalement qu’une seule dimension d’avocat, plus ou moins la taille d’un citron. Saviez-vous qu’il en existe des variétés plus grosses, de plus de 1 kg, et des tout-petits, les avocats-cornichons ?

6 – Un peu d’histoire

L’avocat est originaire du Mexique, où il était déjà consommé par les Aztèques et les Mayas il y a 8 000 ans. Importé en Europe par les Espagnols au dix-septième siècle, il aura fallu trois cents ans pour qu’il trouve place dans la gastronomie française.

7 – Un produit de luxe (ça dépend où)

Pendant très longtemps, l’avocat a été considéré en Europe comme un produit de luxe. Par contre, en Amérique, où il était extrêmement courant, on le qualifiait de « beurre du pauvre ».

8 – Les avocats consommés en France viennent-ils du Mexique ?

Aujourd’hui, les avocats que l’on trouve sur les étals français proviennent principalement des Antilles, d’Afrique du sud, d’Australie, d’Israël, d’Espagne, mais aussi de Corse où l’on recense plusieurs plantations d’avocatiers.

9 – Bien choisir son avocat !

Les avocats sont classés par catégories (de 1 à 3, le meilleur étant 1) et par calibre (typiquement entre 16 et 22). Le calibre 18 correspond à un fruit d’environ 200 g.

10 – En médecine

La chair de l’avocat est utilisée en phytothérapie, une médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. Il est également utilisé par la médecine ayurvédique, science sœur du yoga qui se consacre à équilibrer l’esprit par rapport au corps. Quant aux médecines traditionnelles, elles peuvent le conseiller et en user contre la ménorragie, l’hypertension, les maux d’estomac, la bronchite, la diarrhée, le diabète et le rhumatisme.

L’avocat est considéré comme un anti-oxydant, un vermifuge, un tonique cérébral. Il est source de cuivre, phosphore, magnésium, potassium, zinc, fer, manganèse. Côté vitamines, on y trouve de la B1, B2, B3, B5, B6, B9, C, E et K.

11 – D’ailleurs, guacamole rime-t-il avec cholestérol ?

La rime n’est pas riche, l’avocat, si. Certes, il contient aux alentours de 300 calories mais sachez qu’il comble deux portions de fruit. Par contre, contrairement à ce qu’on peut penser, il ne contient pas de cholestérol, ni même de « bon » cholestérol. Pour info, le cholestérol n’est présent que dans les aliments d’origine animale, viande, œuf, abats. La bonne nouvelle est que l’avocat est riche en gras monoinsaturés (Oméga 9), reconnus pour leurs bienfaits sur la santé cardiovasculaire et leur contribution à diminuer le cholestérol sanguin. Pour preuve cette enquête sur la santé et la nutrition menée sur 17 167 adultes aux États-Unis qui montre que les consommateurs d’avocats sont moins exposés au risque de syndrome métabolique que les autres, sans toutefois prouver une absolue causalité dans la mesure où la consommation d’avocats est associée à de meilleures conditions de nutrition et une moindre prévalence de surpoids et d’obésité.

Je me permets de rester chiant encore un peu parce que l’étude suivante conforte les résultats de la précédentes avec plus de subtilité. En effet, une méta-analyse des expérimentations cliniques conduites jusqu’en février 2015 démontre les effets bénéfiques de la consommation d’avocat, montrant qu’après sept jours d’un régime riche en fruits mexicains, des patients en hypercholestérolémie ont vu leur taux de mauvais cholestérol diminuer de 22 % pendant que leur bon cholestérol, lui, augmentait de 11 %.

12 – Parlons écologie !

L’avocat a une empreinte carbone et une empreinte eau qui ne sont pas négligeables. Il faut 1 000 litres d’eau pour en faire pousser 1 kilo. L’importation en Europe nécessite des centaines de kilomètres en camion puis une réfrigération à 6°C durant les 26 jours de transport en bateau pour les fruits en provenance d’Afrique du sud. Comme le fruit est relativement fragile, il nécessite beaucoup d’emballage. Bon, c’est vrai que le cumul de toutes ces infos ne donnent pas envie de consommer plus que de raison un aliment pourtant si intéressant, comme nous l’avons vu précédemment.

Mais voyons également le verre à moitié plein. Il existe des avocats français, provenant de Corse. Autant que faire se peut, essayons de les privilégier si le prix reste raisonnable. Et puis, il y a Scott Munguía. Ce chimiste mexicain a eu l’idée d’utiliser le noyau d’avocat pour concevoir du plastique biodégradable. Son idée est d’en extraire un additif chimique capable d’accélérer la dégradation naturelle du polyéthylène, du polypropylène, du PVC, du polystyrène et des polymères de cellulose, auquel il donne le nom de Bioblend. J’adore ce genre d’idée !

Manger écolo, c’est manger en saison. Celle de l’avocat va d’avril à septembre. Mis pourquoi je sors cet article en janvier, moi !!!

13 – Comment savoir si son avocat est mûr ?

Dans son émission Gordon Ramsay : les recettes du chef 3 étoiles, le chef anglais à la grande gueule offre son astuce : il vous suffit d’appuyer légèrement sur le pédoncule, le « nez » de l’avocat, quoi. S’il est légèrement mou, c’est qu’il est mûr et doit être consommé rapidement.

Une autre astuce consiste à retirer le pédoncule. Si la chair qui se trouve en dessous est marron, il est trop mûr. Si elle est verte, il est à point.

14 – Premier bar à avocat en France

Début janvier à vu l’arrivée en France du premier avocado bar. Il s’appelle Avocateria. Je me demande si la couleur du fruit hautement instagramable n’est pas pour quelque chose dans cette nouvelle mode de restaurants qui s’annonce. Bon, oui, la mode est au healthy. Et puis, un concept tournant sur un seul ingrédient qui peut être utilisé aussi bien en entrée, en plat et en dessert, ben, ça aide.

La star de l’enseigne semble être le Geisha Power, un avocado bowl se composant de riz noir vinaigré, de saumon, d’avocat, de grenade, de graines de courge et de mangue, le tout pour 14.50 euros. Si vous avez l’occasion de vous y rendre et de tester la carte, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.

 

Sources : Wikipédia, blogue.iga.net, terrafemina.com, lebonbon.fr, elle.fr, vulgaris-medical.com, France Inter.

Aidez le blog grâce au
Utip de Mission Japon

Abonnez-vous à l’impossible newsletter

Pour ne rater aucun article, abonnez-vous à la newsletter !