Temps de lecture : 5 min

Au pays des trous perdus

7 Sep 2019 | Les miscellanées | 0 commentaires

Après deux articles/jeux sur les villes fictives (part 1 - part 2), je vous invite à vous perdre hors fiction dans des villes qui n'existent que dans des expressions les assimilant à des trous perdus. Mais au préalable, laissez-moi vous raconter une histoire, celle d'une ville bien réelle qui a lancé cette année un appel à un million d'euros pour qu'on prouve qu'elle n'existe pas.

Bielefeld est une ville industrielle allemande d'une population de presque 330 000 habitants située dans la Westphalie, région ouest de l’Allemagne. On est bien d'accord, on n'a pas à faire à une petite bourgade dépeuplée. En nombre d'habitants, ça la situerait pas très loin d'Aix-en-Provence chez nous. Pourtant, depuis précisément 25 ans, elle est considérée comme une ville fantôme, une légende urbaine, une zone 51 teutonne.

Tout vient d'une blague anodine d’étudiants de Kiel. Lors d'une soirée, alors que l'un d'eux annonçait qu'il venait de Bielefeld, un autre répliqua "Das gibt’s doch nicht !", ce qui pourrait se traduire par  "Pas possible !". On ne dira jamais assez de bien de l'humour allemand. Quelques mois plus tard, Achim Held repense à cette soirée en remarquant que toutes les sorties menant à Bielefeld sont bloquées.Je me souviens que la première fois où j'ai pris une autoroute allemande, je me suis dit que Ausgang était une sacrée grande ville avant de me rendre compte que cela voulait dire "Sortie". Bref, mon gars Held part dans un délire en imaginant que Bielefeld serait une invention du gouvernement allemand. Il lance son canular sur le réseau Usenet.  Plaques d’immatriculation truquées, fausse équipe de football (l’Arminia Bielefeld), autant de preuves selon Achim Held que la ville n’est qu’un complot. La théorie loufoque se répand. Chacun amène sa pierre à l'édifice reliant la ville à l’assassinat de Kennedy, à l’Atlantide, aux extraterrestres... En 2012, même la chancelière Angela Merkel fera référence à la "rumeur" de Bielefeld dans un de ses discours,

C'est allé trop loin pour la ville et ses habitants. Mais c'est avec humour qu'un concours a été dernièrement lancé pour taire la rumeur tenace. Il sera offert un million d'euros à celui ou celle qui parviendra à prouver que Bielefeld n’existe vraiment pas. Plus de 2 000 personnes ont répondu à l'appel et la récompense sera remise le 17 septembre prochain.

Après cette étonnante histoire, je vous invite à jouer avec des nom de villes qui n'existent vraiment pas pour le coup, de ceux qu'on utilise quand on doit imaginer un endroit très éloigné, une ville perdue, un lieu isolé, difficile d'accès. Juste après, je reviendrai sur certaines propositions pour vous révéler quelques infos étonnantes et intéressantes.

À la différence des autres listes/jeux du blog, il ne s'agira pas de faire découvrir une réponse grâce à un indice mais de demander à vos amis de citer un maximum de villes de la liste qui suit. Entre parenthèse est donné le pays (ou la région) où l'expression est utilisée, les autres étant françaises. C'est parti !

Bébèlouède
Bümpliz derrière la lune (Suisse)
Chail-les-Bains
Chibougamau (Québec)
Clochemerle
Cochons-sur-Marne
Cuges-les-Pralinettes
Foufnie-les-Berdouilles (Belgique)
Kerpipiche (Bretagne)
Macapète (Belgique)
Machinac (Bretagne)
Outsiplou (Belgique)
Pamparigouste (Occitanie)
Paimpol-les-alouettes
Perpète-la-Galette
Perpète-la-Ouf (Suisse)
Perpète-les-Alouettes
Perpète-les-Alus
Perpète-les-Andouillettes
Perpète-les-Bains
Perpète-les-Oies
Perpète-les-Olivettes
Pétaouchnok
Pimpous (Occitanie)
Pitchipoï (expression juive)
Si-Profond-du-Lointain (Québec)
St-Bougnard-les-Olivettes
St-Creux-des-Bas-Fonds (Québec)
St-Clinclin-des-Meumeu (Québec)
St-Éloigné (Québec)
St-Fond-lès-Creux (Québec)
St-Glinglin (Québec)
St-Lin-des-Meumeu (Québec)
St-loinloin de pas-proche (Québec)
St-Meumeu (Québec)
St-Pégu-sur-Gazon
St-Pisse-qu’en-Coin (Québec)
St-Profond-des-Creux (Québec)
St-Profond-des-Meumeu (Québec)
Ste-Décharge (Québec)
Ste-Écartée-du-Fond-du-Rang (Québec)
Tataouine-et-moutounat
Tataouine-les-Bains
Trifouillis-les-Gonesses
Trifouillis-les-Pruneaux
Trifouilly
Trifouilly-les-Canards
Trifouilly-les-Canettes
Trifouilly-sur-Caraïbes
Trifouilly-les-Chaussettes
Trifouilly-les-Citrouilles
Trifouilly-les-Clarinettes
Trifouilly-les-Navets
Trifouilly-les-Nèfles
Trifouilly-les-Oies
Trifouilly-les-Potirons
Trifouilly-sur-Mer
Trou-en-Cambrousse
Trou-la-Ville

Si vous souhaitez agrandir la liste, je vous propose en bonus les expressions sans nom de ville qui signifie la même chose :

À tous les diables
Anus mundi
Au diable
Au diable Vauvert
Au milieu de nulle part
Aux cinq cents diables
Bled
Coin paumé
Coin perdu
Trou du cul du monde
Trou paumé
Trou perdu

Dans la première liste, j'ai filtré volontairement les villes qui existent vraiment. Parce que oui, parfois, des expressions utilisent de vrais noms de ville pour exprimer un endroit paumé ou lointain. D'ailleurs, ce sont souvent de vielles références puisque depuis le tourisme en masse et les compagnies low-cost, les lieux inaccessibles sont de moins en moins nombreux. Prenons l'exemple de Poipet, cette ville du Cambodge située à la frontière thaïlandaise. Elle est aujourd'hui à ce point accessible par le moindre backpacker que je suis tombé sur un article recensant les 10 arnaques les plus courantes de cet endroit stratégique. Je vous mets le lien si ça vous intéresse.

Certains noms inventés proviennent de sources connues comme Clochemerle qui est le titre d'un roman satirique français de Gabriel Chevallier, sorti en 1934 ou St-Bougnard-les-Olivettes popularisé par Nicolas Canteloup quand il imite Jean-Pierre Pernaut.

Si vous faites une recherche poussée sur Wikipédia - la page est relativement bien cachée - vous tomberez sur une présentation de la ville de Trifouilly-les-Oies dont voici le texte : "Commune française, située dans le département Rhône-et-Garonne et la région Bretagne-Provence. Ses habitants, les Trifouillois, sont au nombre de 10. Situé entre Carcassonne et le col du Grand Cycliste, sur la RN345bis, ce village de montagne dispose de plages magnifiques. C'est également le berceau de l'andouillette de betterave et du vin de groseille"

Et puis il y a les fausses/vraies/fausses villes. Hé hé, je les vois vos yeux ronds comme des boules de loto. Mais qu'est-ce qu'il raconte, lui ? On sent que c'est la fin de l'article, qu'il est en train de partir en couille (on met un "s" à "couille" dans l'expression ?). Vous connaissez ma marotte consistant à trouver de la culture dans la pop culture et inversement. Ce qui va suivre en est le parfait exemple. Dans la liste ci-dessus se trouve Tataouine-les-Bains, une ville fictive. Sauf que Tataouine existe vraiment. Il s'agit d'une localité du sud-est de la Tunisie appelée aussi Foum Tataouine. Jusqu'en 1938, elle accueillait un bagne militaire français aux conditions particulièrement difficiles. Ce qui en fit dans l'inconscient collectif une destination redoutée. Y ajouter "les bains" en référence aux stations balnéaires suffit pour populariser l'expression et dédramatiser le l'endroit. Pour info, sachez que c'est en ces lieux que Pierre Loutrel - vous savez, celui qui a été popularisé par Jean-Luc Godard sous le surnom de Pierrot le Fou - a fait connaissance avec Jo Attia, une rencontre à l'origine du tristement célèbre Gang des Tractions Avant.

Les starwarsien d'entre vous, en lisant le nom de la ville tunisienne, se sont retrouvés sur une autre planète. Tatooine est le refuge des contrebandiers, assassins, chasseurs de prime ou du dégueu Jabba le Hutt dans l'univers intergalactique de Georges Lucas. Pas un bagne mais on y trouve la même faune. Y aurait-il un rapport ? L'un aurait-il inspiré l'autre ? Si je vous dis que la ville a servi de décor pour les deux premières trilogies, est-ce que ça répond à la question ? D'ailleurs, George Lucas a utilisé l'habitat traditionnel de Tataouine sans aucune retouche pour la scène où Anakin retourne voir sa mère.

Comme quoi, culture/pop culture, même combat (des étoiles) !

Sources : wikipédia, www.rtbf.be, www.lefigaro.fr, www.topito.com

Abonnez-vous à l’impossible newsletter

Notifications sans adresse mail

Vous pouvez aussi vous abonner sans adresse mail en cliquant sur la cloche en bas à droite de l’écran.

Pour toujours recevoir votre petite dose de BID hebdomadaire, abonnez-vous à la bidletter !