Menu

Jouons gaiement avec les gentilés (part 2)

20 Avr 2019 | Les miscellanées | 0 commentaires

Le mot gentilé, nous l’avons vu dans la première partie, désigne le nom des habitants d’un lieu, d’une ville en ce qui nous concerne. Il y en a des évidents, pas de quoi fouetter un chat et concevoir une liste digne d’intérêt. Et puis il y a ceux dont on se demande pourquoi tant de haine dans un monde de brut tant le nom de la ville et de ses habitants n’a rien à voir sa mère. Au mieux abscons, au pire sadique.

Prenons un exemple de la liste précédente. Les habitants de Pamiers se nomment les appaméens. On sent bien que ce nom veut nous dire quelque chose, qu’il est à la fois proche mais pas tant que ça du nom de la ville. Plus étonnant encore, au Moyen Âge, Pamiers s’appelait Frédélas. Rien à voir. Au secours !

Chronologiquons tout cela parce qu’explication, il y a. Frédélas. Ce nom a été donné à la ville en hommage au fils du roi wisigoth Théodoric Ier prénommé Frédéric. Le fiston est mort en 463. Le temps passe, l’eau coule sous les ponts, tout ça.

Le 27 novembre 1095, le pape Urbain II appelle la Chrétienté à libérer les Lieux Saints de l’occupation musulmane. La première croisade est lancée. Roger II de Foix – qui entendons nous bien n’est absolument pas le fils de Basile été une Foix – dit « prem’s » au Pape. Mais bon, l’intendance, les aurevoirs, les baluchons dans lesquels on ne sait pas quoi mettre parce qu’aucun guide des croisades n’est sorti en librairie à ce moment là – normal, c’est la première -, les « c’est toi qui raccroche en premier… non, c’est toi… » font qu’il ne part pas en même temps que Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, qui a levé une armée en partance pour la Terre sainte. Le pape est bougon. Je ne sais pas si c’est parce qu’il n’avait plus de corn flakes au petit déjeuner, s’il a mal dormi à cause de sa femme qui ronfle ou parce que son fils venait de redoubler son catéchisme, toujours est-il que mon gars Roger se retrouve excommunié. La 4G, c’était pas ça à l’époque. Pas un SMS pour le prévenir. N’étant pas au courant de sa récente disgrâce, il chevauche à bride abattue pour rattraper ses potos de baston et les rejoint après la prise de Jérusalem. Blasé. Pendant le siège de Tripoli, il tranche deux trois bras par acquit de conscience, coupe quelques têtes mais le cœur n’y est plus. Il revient chez lui en 1105. Pour se changer les idées, il fait édifier un château à proximité de Foix. Il n’a pas que des mauvais souvenirs de sa croisade. Il a pris du plaisir guerrier dans la ville d’Apamée, en Syrie. Voilà, là on commence à raccrocher les wagons. Vous vous demandiez si je ne m’étais pas perdu dans mon histoire, avouez ! Très logiquement, il nomme son château et ses dépendances du nom de ses faits d’armes, Castrum Appamiae. Puis le nom de la ville deviendra Pamiers alors que celui de ses habitants restera plus proche des origines du lieux et de son histoire.

Quant à l’excommunication de mon Roger, le clergé étant à l’époque très corruptible, il suffira de plusieurs donations à des abbayes, celles de Mazernes et de Saint-Volusien pour qu’on l’oublie. Sans doute que l’envoi d’une tonne de corn flakes à Urbain y fut aussi pour quelque chose dans cette réconciliation religieuse.

Après cette courte leçon d’Histoire, jouons gaiement avec les gentilés et cette deuxième liste. Vous vous calez devant votre écran, face à vos amis. Vous leur donnez le nom d’un habitant d’une ville française et ils doivent découvrir la ville. Ce n’est pas toujours évident mais je me suis tout de même cantonné à des villes qui pour la grande majorité sont connues du plus grand nombre. La liste est classée par ordre alphabétique des gentilés. Bon jeu !

Dacquois : Dax
Déodatiens : Saint-Dié
Dionysiens : Sainte-Adresse (et globalement de tous les Saint-Denis de France)
Douarnenistes : Douarnenez
Dracénois : Draguignan
Dryats : Saint-André-Les-Vergers
Dunois : Châteaudun
Ébroïciens : Évreux
Étretatais : Étretat
Forgions : Forges-les-Eaux
Fourasins : Fouras
Fuxéens : Foix
Gapençais : Gap
Génovéfains : Sainte-Geneviève-des-Bois
Gillocruciens : Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Guingampais : Guingamp
Guinguettois : Bourg-Madame (sans doute pour éviter d’être vulgaire)
Haguenoviens : Haguenau
Islois : L’Isle-sur-la-Sorgue
Isséens : Issy-les-Moulineaux
Jarlandins : Château-Arnoux
Jocondiens : Joué-lès-Tours (et nom les employés de Vinci)
Jovaciens : Jouy-en-Josas
Lavallois : Laval (parce que lavallais, c’est plus compliqué, surtout sans eau)
Lédoniens : Lons-le-Saunier
Lexoviens : Lisieux
Lillot : L’Isle-d’Abeau
Limougeauds : Limoges
Longoviciens : Longwy
Lorientais : Lorient
Lourdais : Lourdes
Luchonnais : Bagnères-de-Luchon
Luziens : Saint-Jean-de-Luz

Aidez le blog grâce au
Utip de Mission Japon

Pour ne rater aucun article, abonnez-vous à la newsletter !